Dans les Balkans, les investissements à double tranchant de la Chine

0
10


Le premier ministre chinois, Li Keqiang, a rencontré, vendredi 12 avril, en Croatie, les dirigeants d’Europe centrale et orientale. Ce groupe des « 17+1 » est considéré avec méfiance par l’UE.

Par Harold Thibault Publié aujourd’hui à 11h08

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Le premier ministre chinois Li Keqiang, lors d’une cérémonie marquant la construction du pont de Peljesac, en Croatie, le 11 avril.
Le premier ministre chinois Li Keqiang, lors d’une cérémonie marquant la construction du pont de Peljesac, en Croatie, le 11 avril. STRINGER / REUTERS

Il pleuvait à torrent, et Li Keqiang y a vu un signe. « J’espère que le pont de Peljesac sera un projet de haute qualité, résistant à toutes les pluies et tous les vents », a lancé, jeudi 11 avril, le premier ministre chinois. L’ouvrage de 2,4 km devrait être fini en janvier 2021 et le chantier a déjà un peu d’avance. Dans moins de deux ans, la Croatie ne sera plus un Etat coupé en deux. Aujourd’hui, il faut encore franchir une bande d’une dizaine de kilomètres, qui est l’accès de la Bosnie-Herzégovine à la façade maritime, pour passer du nord de la Croatie à la cité historique de Dubrovnik.

Le géant public chinois China Road and Bridge Corporation sait qu’il est attendu au tournant. C’est, en effet, la première fois qu’un groupe chinois a remporté un chantier financé par l’Union européenne, à hauteur de 85 %. La Chine veut en faire un exemple pour l’ensemble de ses projets dans les Balkans. « Les ports, les chemins de fer, les routes sont les premiers centres d’intérêt des entreprises chinoises, mais il y aura aussi peut-être les aéroports », énumère Josip Skoric, le PDG du groupe public Hrvatske Ceste (« Routes de Croatie »), en charge du projet.

Avantage pour Pékin, l’opinion croate soutient largement l’initiative, synonyme d’unification nationale. « Parfois il faut une heure pour passer la douane, et pareil au retour. Les travailleurs chinois ont commencé à arriver l’été dernier et progressent rapidement. Ils vont permettre de remédier à une absurdité historique », résume Ivana Yarkovich, 33 ans, caissière à l’épicerie de Komarna, village d’où partira le pont à 420 millions d’euros, et où se sont installés les ingénieurs chinois.

La frustration de l’UE

L’Union européenne, elle, n’a pas caché sa frustration de voir un de ses nouveaux membres ouvrir, en grand, la porte à la Chine au moment où Bruxelles hausse le ton face à Pékin, désormais qualifié de « rival systémique » et accusé de ne pas accorder d’accès réciproque à ses marchés publics. « Les entreprises concurrentes sur l’appel d’offres ont été frustrées parce que le prix chinois était bien plus faible, mais quand on voit le rythme de construction aujourd’hui, ils ont l’expertise », se défend M. Skoric. Le groupe chinois était 20 % moins cher qu’une entreprise autrichienne.

« Si l’Europe de l’Ouest a un projet avec la Chine, ça va, mais si les Chinois investissent ici et que ça se passe sans eux, là ils trouvent à redire », ironise Sinisa Malus, responsable de la communication de la Chinese Southeast European Business Association, chargée de faire la promotion de la présence chinoise dans la région. Il se félicite déjà de l’arrivée massive de touristes chinois, même s’il constate qu’il faudrait des vols directs et les mêmes boutiques de luxe qu’à Milan et Paris pour attirer encore davantage de monde.



Source link

Have something to say? Leave a comment: