Césarienne à l’hôpital Jeetoo : les parents du nouveau-né blessé crient à la négligence

0
29


L’histoire qui suit est celle d’un couple qui a soif de vérité. Kenny veut savoir comment son nouveau-né s’est retrouvé avec cinq points de suture au niveau de la tempe après que sa femme a subi une césarienne à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo mercredi.

SutureLorsque son épouse Kelly, 22 ans, est entrée à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo en début de semaine, Kenny était loin de se douter de ce qui les attendait. Alors qu’ils s’imaginaient ressortir tout guillerets avec leur bébé dans les bras, ils ont découvert avec stupeur que la petite avait cinq points de suture au niveau de la tempe.

Pour le couple, la petite a été blessée durant la césarienne. Il crie à la négligence médicale. Kenny a porté plainte à la police dans l’après-midi du jeudi 11 avril 2019, soit le lendemain même de l’intervention.

La jeune femme était hospitalisée depuis lundi. « Pour ma première grossesse j’avais subi une césarienne. Mardi, le médecin m’a informée que je devais de nouveau accoucher par césarienne », explique Kelly. L’intervention a eu lieu mercredi matin.  

À son réveil, la jeune femme s’est retrouvée en salle. Elle soutient que peu après, une infirmière est venue l’informer qu’il y avait eu un souci avec le bébé. « Linn dir ki mo zanfan inn gagn zis enn ti egratignir kot so latamp », poursuit la jeune maman.

Elle a alors demandé à voir son enfant. « Quand ils l’ont amenée, elle portait un sparadrap. L’infirmière m’a dit que ce n’était rien et que l’enfant avait une petite coupure qui avait nécessité un point de suture. Mon bébé a été blessé durant l’intervention », affirme Kelly.

Sans tarder, elle a contacté son époux. Kenny était bien déterminé à obtenir une explication sur ce qui s’était produit pendant l’accouchement. « Personne n’a pu m’éclaircir. On m’a dit de repasser jeudi pour rencontrer un médecin », poursuit ce dernier.

Comme convenu, il est parti à la rencontre du médecin. « Je lui ai demandé des éclaircissements. Il n’a pas pu faire grand-chose.  Je lui ai dit que j’allais voir le surintendant de l’hôpital », raconte Kenny, qui affirme ne pas avoir obtenu les réponses qu’il voulait. Il dit ne pas avoir apprécié le ton utilisé par le médecin pour lui parler.

Le papa s’est ensuite rendu au chevet de son enfant et de son épouse. « Ils avaient enlevé le sparadrap. J’ai vu bien plus qu’une simple égratignure. Mon enfant avait cinq points de suture », ajoute le père, révolté. Kenny dit être parvenu à parler à un responsable de l’établissement hospitalier. « Il m’a dit que c’était un accident et non de la négligence. »


Dr Ismet Nawoor : « C’était un cas difficile »

« C’était une césarienne difficile. À aucun moment le médecin n’a voulu blesser le bébé mais l’incident est malheureusement arrivé. Cela aurait pu se passer dans n’importe quel centre de santé. » Tel est l’avis du Dr Ismet Nawoor, Regional Health Director de l’hôpital Dr A. G. Jeetoo.

Il affirme que tout le nécessaire a été fait et que la lacération n’est que superficielle. Selon lui, « un pédiatre a vu le bébé et la maman. Les deux se portent bien ». Il soutient avoir aussi eu un entretien avec le mari de la patiente pour expliquer les circonstances de l’incident.

Ce type d’incident est rare mais cela peut arriver dans des accouchements difficiles, que ce soit par césarienne ou voie basse, explique le Dr Nawoor. Durant des césariennes, il peut y avoir des lacérations alors que l’accouchement par voie normale peut causer des dislocations des épaules ou des fractures d’un membre.

Pas plus tard que la semaine dernière, une autre patiente a perdu son enfant. Le Regional Health Director affirme qu’il s’agit d’un cas de décollement du placenta qui a provoqué une hémorragie. Selon le Dr Nawoor, la patiente a pu être sauvée grâce à l’intervention du médecin. « Dans ce type de situation, parfois on arrive à sauver le bébé et la maman, mais dans certains cas on ne peut que tout faire pour sauver la maman ».



Source link

Defi Media

Have something to say? Leave a comment: