May rencontre Merkel et Macron avant un nouveau sommet européen extraordinaire

0
24


La première ministre britannique va tenter de convaincre les Vingt-Sept d’accepter sa demande de nouveau report du Brexit, jusqu’au 30 juin.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 14h58, mis à jour à 15h07

Temps de Lecture 2 min.

La première ministre britannique, Theresa May, le 7 avril à High Wycombe.
La première ministre britannique, Theresa May, le 7 avril à High Wycombe. SIMON DAWSON / REUTERS

Le feuilleton du Brexit se poursuit et la première ministre britannique Theresa May entame, lundi 8 avril, une énième semaine cruciale pour l’avenir du Royaume-Uni dans l’Union européenne (UE).

La dirigeante conservatrice, qui a demandé aux Vingt-Sept un nouveau report du Brexit jusqu’au 30 juin, doit rencontrer lundi la chancelière allemande, Angela Merkel, à Berlin et, mardi, le président de la République, Emmanuel Macron, à Paris. Ces rencontres interviennent la veille d’un nouveau sommet européen extraordinaire où les chefs d’Etat et de gouvernement doivent valider, ou non, la nouvelle demande de report de Mme May. Pour le moment, le Brexit est toujours fixé au 12 avril.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Brexit : pour justifier un nouveau report, Theresa May brandit la menace des élections européennes

« Il y a de bonnes raisons de se parler alors que le Royaume-Uni et l’UE à Vingt-Sept se trouvent dans une situation difficile, brûlante », a relevé Steffen Seibert, le porte-parole de Mme Merkel. De son côté, la France s’est montrée ferme en entretenant le flou sur sa décision concernant un nouveau report qui doit être validée à l’unanimité. Le ministre des affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, a précisé samedi que pour justifier sa demande le Royaume-Uni devait présenter un « plan » qui puisse disposer d’un « soutien politique clair et crédible ».

En parallèle, le président du Conseil européen, Donald Tusk, a évoqué la possibilité d’un long report – jusqu’à un an – qui pourrait être raccourci à tout moment en cas de feu vert des députés britanniques au traité de retrait.

Lire aussi Le Brexit en chiffres : 500 heures de débats parlementaires et 33 heures de déclarations officielles

Discussions avec le Labour

Après avoir échoué par trois fois à faire adopter par les députés britanniques l’accord de divorce qu’elle avait conclu avec Bruxelles en novembre, faisant peser la menace d’une sortie brutale, Mme May cherche depuis quelques jours à trouver une solution avec l’opposition travailliste susceptible de rassembler une majorité parlementaire.

Tandis que le Labour s’est dit vendredi « déçu » des discussions, la dirigeante conservatrice a appelé à faire « des compromis des deux côtés » dans une vidéo diffusée dimanche. « Notre intention est de renforcer les contacts avec l’opposition aujourd’hui et nous espérons que cela débouchera sur des discussions formelles en face à face », a déclaré lundi son porte-parole.

Mais les divergences sont encore grandes entre les travaillistes et les conservateurs : le Labour souhaite le maintien du Royaume-Uni dans une union douanière avec l’UE, ce que Mme May refuse au motif que cela empêcherait son pays de mener une politique commerciale autonome vis-à-vis des pays tiers.

Et la première ministre britannique fait face à une nouvelle fronde des plus eurosceptiques de son parti qui dénoncent cette main tendue au parti de Jeremy Corbyn. L’ancien ministre des affaires étrangères Boris Johnson a prévenu lundi dans le Telegraph que les députés conservateurs ne permettraient pas à Theresa May de « capituler » face à M. Corbyn en acceptant une union douanière et le maintien de liens étroits avec l’UE.

Lire aussi Brexit : le graphique (simple) pour résumer cinq mois de tergiversations entre Londres et Bruxelles

Notre sélection d’articles pour comprendre le Brexit



Source link

Have something to say? Leave a comment: