[Faits Divers] Le meurtre du front de mer de Saint-Pierre revient devant les assises aujourd’hui

0
36


Le 25 octobre 2015, Geoffrey Duterque était tué d’un coup de couteau en pleine gorge lors d’une rixe en sortie de discothèque. Son meurtrier présumé, qui conteste l’intention homicide, a fait appel de sa condamnation à 18 ans de réclusion criminelle et se présente à nouveau aujourd’hui aux jurés.

Evan Pitreboth a-t-il volontairement donné la mort à Geoffrey Duterque ? C’est la question qui sera de nouveau posée aux jurés alors que s’ouvre aujourd’hui le procès en appel de l’affaire du meurtre du front de mer saint-pierrois.

Condamné le 5 septembre 2017 à 18 ans de réclusion criminelle, 15 ans d’interdiction de posséder une arme et dix ans d’interdiction de séjourner à Saint-Pierre et la Possession, Evan Pitreboth, 23 ans, a fait appel de la sentence correspondant aux réquisitions de l’avocat général.

Le jeune homme a toujours contesté avoir volontairement donné la mort à Geoffrey Duterque, un colosse d’1,97 m croisé lors d’une rixe en sortie de discothèque au petit matin du 25 octobre 2015.

Ce jour-là, après une nuit bien arrosée au Duplex, une boîte de nuit du front de mer, le ton monte entre deux groupes de jeunes gens. Evan Pitreboth intervient alors, soi disant “pour séparer” son camarade Giovanni Arraria d’un autre individu.

 

“J’ai pris peur”

 

Mais au même moment, Geoffrey Duterque, cherche lui aussi à protéger son ami. L’accusé dira aux jurés : “J’ai pris un coup au visage. J’étais un peu saoulé. J’ai pris mon couteau dans ma poche arrière. Je l’ai ouvert avec ma main gauche. J’ai vu une personne venir vers moi. Elle était grande. J’ai pris peur et j’ai donné un coup de couteau de haut en bas. J’ai compris que je l’avais touché. Mais je pensais que ce n’était pas grave. Après, je suis parti en courant”.

La victime a été touchée en plein cou. “L’aorte et la trachée sont sectionnées et la pointe du couteau s’est logée dans la cinquième vertèbre. La mort a été très rapide”, décrira le médecin légiste.

Evan Pitreboth, défendu par Me Patrice Selly, conteste l’intention homicide. Même si son comportement après les faits ne plaide pas en sa faveur : après les faits, il tente en effet de faire disparaître l’arme, ainsi que ses vêtements et la puce de son téléphone. “J’ai fait cela avant d’apprendre que Geoffrey était mort”, affirmait-il alors aux jurés.

Conservera-t-il cette même ligne de défense aujourd’hui et demain ? Il fera face cette fois à l’avocate générale Emmanuelle Barre, les parties civiles étant défendues par Mes Nathalie Pothin et Sébastien Navarro. Verdict attendu demain soir.

 

S. G.

 



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment: