Circonscription N0 7 — Balade dans le fief de SAJ

0
82
Booking.com


Au No 7, l’ambiance commence à changer depuis l’annonce de l’élection partielle pour le remplacement de l’ancien ministre et député Vishnu Lutchmeenaraidoo. Dans le fief de SAJ, les agents “recommencent à dire bonjour”, alors que la circonscription s’apprête à vivre une campagne électorale intense. Ce scrutin constituera un test grandeur nature qui devra donner une idée de la tendance, à quelques mois des élections générales. Scope est allé se balader au sein de cette circonscription, considérée comme le fief de Sir Anerood Jugnauth, pour tâter le pouls des électeurs et redécouvrir la région.

“Les agents politiques ont recommencé à dire bonjour”, ironise un boutiquier de Plaine des Papayes. Un signal donné aux électeurs du No 7 que la campagne électorale a débuté. Timidement, mais sûrement. À Belle Vue Maurel, certains “nouvo figir” ont été aperçus “serrant des mains”. Les hostilités n’ont pas vraiment démarré dans le reste de la circonscription. “C’est plutôt tranquille”, nous a-t-on dit dans les villages concernés. Quoi qu’il en soit, l’enjeu principal de cette élection partielle semble clair : jauger la cote de popularité du gouvernement en place, à l’aube des élections générales qui se profilent à l’horizon. Quelle que soit l’issue finale de la partielle, elle donnera une indication certaine du mood de l’électorat.

Une balade dans la circonscription permet de découvrir des villages aux destins différents. Rivière du Rempart est sans doute la mieux lotie en termes de développement. La place centrale où se trouve “la foire” est un lieu qui grouille de vie. Une ambiance de ville, avec les nombreux bâtiments commerciaux.

“Les gens boudent”.

Assis sur un bout de béton en compagnie de ses collègues, Neezamoodeen Meer-Hossen, marchand de légumes de 66 ans, est en colère contre le ministre démissionnaire, à qui il reproche de ne pas avoir été au bout de son mandat. “Quand la population vote pour vous lors des élections générales, elle vous donne un mandat de cinq ans. C’est la population qui va devoir payer pour la tenue d’élections anticipées. Cela a un coût”, dit-il. Il est confiant que le siège laissé vacant reviendra à un candidat du MSM, car “le Premier ministre fait du bon travail”. La colère est également palpable dans d’autres villages de la circonscription. À Plaine des Papayes, qui tiendrait son nom d’une petite colline nommée Butte aux Papayes, on nous confie que “les gens boudent; la majorité est en colère”.

De l’autre côté de l’autoroute, à Mapou, nous rencontrons un groupe d’amis tapis à l’ombre d’un grand arbre, non loin du célèbre rond-point situé à l’emplacement de l’ancienne gare ferroviaire. “Si l’on organisait les élections générales demain, ce serait 3-0 contre le gouvernement. Il y a trop de promesses non respectées.” Ils soulignent que ceux pour qui les gens ont voté dans la circonscription ne les représentent plus. “Nous avons voté pour Sir Anerood Jugnauth comme Premier ministre; il ne l’est plus. Pour Vishnu Lutchmeenaraidoo comme ministre; il ne l’est plus. Et nous avons voté pour Ravi Rutnah, qui n’est pas ministre.” Ici, beaucoup de gens ont trouvé de l’emploi au Domaine de Labourdonnais, qui permet au village d’être connu et fréquenté. D’autres travaillent dans l’établissement sucrier, qui ne se trouve pas trop loin.

La colère se manifeste autrement chez une habitante d’Amaury, que nous croisons en chemin. “Depuis 2014, on m’a promis du travail, mais je n’ai rien eu jusqu’à présent. Mon papa a beaucoup œuvré en 2014 pour rallier le village derrière eux, notamment en organisant des réunions. Cette fois, il ne se fera pas avoir”, dit-elle sans détour. Une pratique à la moralité contestable qui caractérise l’univers politique du pays.

“On ne voit jamais les élus”.

À Piton, on nous chante les louanges des élus. “Le gouvernement travaille. On ne peut pas dire le contraire.” Les villageois disent être une grande famille où vivent en harmonie les communautés. On déplore cependant quelques problèmes qu’il reste à régler, notamment au niveau de la distribution d’eau. Un peu plus loin, à Amitié-Gokoola, on nous dit que c’est le calme plat en matière de mouvement politique. Beaucoup de villageois travaillent dans les champs de cannes appartenant à l’établissement sucrier de Mon Loisir.

Un peu plus près de la mer, à Plaine des Roches, le manque de développement est déploré. “Il n’y a rien eu ici depuis la prise de pouvoir du gouvernement actuel. Personne ne vient nous voir dans le village. On ne voit jamais les élus.” Comme son nom l’indique, la particularité de ce village est sa richesse en roches. Les roches de couleur qui sont utilisées pour bâtir des murs foisonnent. C’est d’ailleurs une des principales activités du village.

Non loin de là se dresse le village de Roches Noires. La fameuse “Lakav madam” est son principal attrait touristique. La vaste forêt d’eucalyptus évoque la production de charbon, une activité pratiquée depuis des temps immémoriaux. La gentillesse des habitants est palpable. Deux dames portant chacune enn bal sur la tête nous gratifient d’un large sourire lorsque notre photographe les prend en cliché. Deux autres dames rencontrées sur la terrasse d’une boutique sont surprises par nos questions.

“Ce sont des agents du MSM”.

Certains électeurs ne sont pas au courant de la tenue prochaine d’une élection partielle. “Vrai ? Il y a aura des élections ici ? Je n’étais pas au courant”, confie une boutiquière de Roches Noires. Son amie affiche le même étonnement. À Poudre d’Or Hamlet, village entouré de champs de cannes, nous nous heurtons au même doute. “Ah bon ? Et c’est prévu pour quand ?”, nous demande un jeune de 19 ans.

Direction L’Espérance Trébuchet, où des projets de rénovation ont été entamés en 2017. Ils concernent le terrain de football de la localité, le lieu d’incinération et la construction de trottoirs. Plus loin, à Cottage, les récentes inondations sont toujours dans les têtes. “Les gens sont frustrés par rapport à ce problème d’inondation. La somme de Rs 6,000 donnée aux sinistrés n’est pas satisfaisante. Cela fait longtemps que ce problème d’inondations existe. Concernant la démission de Vishnu Lutchmeenaraidoo, cela ne nous fait ni chaud ni froid. Ils ne sont jamais là, les élus. Ceux qui se sont exprimés, je les connais, ce sont des agents du MSM”, confie une habitante. Il nous revient qu’un télédon devrait être organisé par les forces vives du village pour venir en aide aux sinistrés.

Nous finissons notre balade à Villebague, petit village situé à proximité du réservoir de La Nicolière. Le village se caractérise par les champs d’ananas à flanc de colline et sa route principale bordée d’arbres. Ici également, l’ambiance est terne, beaucoup de villageois n’étant pas au courant de la prochaine partielle.

Profil du No 7

Treize villages constituent la circonscription No 7. Il s’agit de Rivière du Rempart, Roches Noires, Plaine des Papayes, Amaury, Belle Vue Maurel, Poudre d’Or Hamlet, Espérance Trébuchet, Cottage, Piton, Villebague, Mapou, Plaine des Papayes, Amitié et Gokoola. Ces deux derniers villages sont rattachés et ne forment qu’un au niveau électoral. On y compte 43,270 électeurs, qui seront appelés aux urnes dans 17 centres de vote.

Résultats précédents

Historiquement, le No 7 est considéré comme le fief de Sir Anerood Jugnauth. Il y a d’ailleurs été élu en tête de liste (avec 23,579 voix), lors de son retour dans l’arène politique en 2014, aux côtés de Vishnu Lutchmeenaraidoo (22,126 voix) et Ravi Rutnah (21,271 voix). SAJ y a été élu huit fois, sa seule défaite ayant eu lieu en 1995, lors de la victoire par 60-0 de l’alliance PTr-MMM. Le MSM n’a pas toujours eu la main heureuse dans cette circonscription : il a également mordu la poussière en 2005 et 2010, ne remportant aucun siège.

La dernière élection partielle organisée au No 7 a eu lieu en 2003, lorsque SAJ a démissionné comme Premier ministre et député pour devenir Président de la République dans le cadre d’un accord politique avec le MMM, qui voyait Paul Bérenger devenir Premier ministre pour deux années. C’est Rajesh Jeetah du Pari Travailliste qui était arrivé en tête de liste, avec 16,290 voix, devançant Prakash Maunthrooa de l’alliance MSM-MMM (13,682 voix).



Source link

Le Mauricien

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com