Bataille autour d’un terrain au Morne: pourquoi on en fait toute une montagne

0
17


Un terrain de 43 arpents est au coeur du litige entre Yoni Auguste et Agathe Desvaux de Marigny.

 

Un terrain de 43 arpents est au coeur du litige entre Yoni Auguste et Agathe Desvaux de Marigny.

 

Bâtir un village qui propose le travail pour tous, des habitations décentes. Donner l’opportunité aux enfants d’avoir une vie meilleure. C’est le rêve d’Agathe Desvaux de Marigny. Propriétaire d’un terrain de 43 arpents, sis dans la région appelée La Fourche, elle confie vouloir se donner tous les moyens pour parvenir à ses fins. Quitte à faire appel à la justice.

«J’ai ce projet à cœur. Je veux développer 12 arpents de ces terres dans un but social. Aider à développer cette région qui me tient beaucoup à cœur.» Ce sera une organisation non gouvernementale (ONG), Action développement le Morne, qui aura la charge de donner vie à cette entreprise. Une ferme dédiée à l’élevage, des espaces pour les petits commerces, des maisons destinées aux habitants, figurent également au programme.

«Pour le moment, en ce qui concerne les logements, nous n’avons pas encore vu les modalités de paiement. Mais une fois que le projet sera sur pied, nous en reparlerons.» Encore faut-il que le projet puisse aller de l’avant. Car en face, l’opposition est féroce et refuse de «s’ouvrir aux discussions», souligne Agathe Desvaux de Marigny.

Parmi, Yoni Auguste. Ce dernier est catégorique. «Il n’y aura pas de négociation possible.» Cet habitant du Morne ne cache pas le fait qu’il «sait bien» que cette terre appartient à quelqu’un. «Nos grands-parents et leurs parents ont vécu ici. Nous voulons continuer à y vivre.» Il maintient qu’il a déjà alerté les autorités au sujet de cette parcelle de terrain. «Nous avons écrit aux députés de la région, à l’ancien ministre des Terres, Showkutally Soodhun, et même au Premier ministre, Pravind Jugnauth. Mais personne ne semble s’intéresser à nous.» La seule plateforme qui a entendu leurs cris se trouve être Rezistans ek Alternativ (voir plus loin).

Yoni Auguste soutient que sa lutte concerne des conditions de vie meilleures. «Il y a plusieurs familles qui habitent ensemble dans des maisons, ici. Toute cette promiscuité n’est pas saine. C’est la raison pour laquelle nous voulons continuer à nous battre pour obtenir un espace décent.»

Face aux convocations de la Cour suprême – la justice ayant reconnu Agathe comme propriétaire du terrain en question – Yoni Auguste confie qu’il a déjà pensé à une alternative pour que ses voisins et lui puissent continuer à occuper ces terres. «J’ai une dernière carte à abattre. Mais j’en parlerai en temps et lieu…»

Poursuite contre Rezistans ek Alternativ

Agathe Desvaux de Marigny, à travers son avoué, a déposé plainte contre certains membres de Rezistans ek Alternativ. Ces derniers ont, dans un communiqué, affirmé que celle-ci agit comme «enn kolon», au vu de ses actions en justice contre les «zanfan Le Morne». Agathe Desvaux de Marigny compte les poursuivre pour diffamation et pour «incitation à la haine raciale».

Toutefois, les membres de Rezistans ek Alternativ, à travers Stephan Gua, soutiennent qu’ils n’ont pas reçu d’informations quant à ladite plainte. Et que la lutte du mouvement de gauche aux côtés des habitants du Morne est surtout pour une bataille qui a trait à l’égalité sociale. «Depuis l’Indépendance, il n’y a pas eu de juste distribution de ces terres. Nous militons pour qu’ils obtiennent leur dû…»




Source link