Categories: International News

le bon virage de Paris


Editorial. En élargissant à Mme Merkel et M. Juncker ce qui était conçu au départ comme un simple sommet bilatéral franco-chinois, M. Macron a donné corps à la nouvelle stratégie de Bruxelles à l’égard de la Chine.

Publié aujourd’hui à 11h20, mis à jour à 11h20 Temps de Lecture 2 min.

Rencontre entre Emmanuel Macron, président de la République française, Angela Merkel, chancelière allemande, Jean-Claude Junker, président de la Commission européenne et le président chinois Xi Jinping, à l’Elysée, mardi 26 mars 2019. JEAN-CLAUDE COUTAUSSE/FRENCH-POLITICS POUR “LE MONDE”

Editorial du « Monde ». Il y a multilatéralisme et multilatéralisme. On peut, suivant que l’on est chinois ou européen, avoir le même objectif tout en empruntant des voies différentes pour y parvenir.

C’est sans doute ce que se sont dit en leur for intérieur les quatre dirigeants assis côte à côte à l’Elysée, mardi 26 mars, lorsque le moment est venu de professer leur foi à l’unisson dans le multilatéralisme : le président chinois, Xi Jinping, et ses trois interlocuteurs européens, le président de la Commission de l’UE, Jean-Claude Juncker, la chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, Emmanuel Macron, ont fait ce qui était attendu d’eux, sans pour autant parvenir à lever tous les soupçons.

Ce que l’on attendait d’eux, c’est une réaffirmation de la volonté de maintenir l’ordre mondial dans le cadre de la coopération, face à l’unilatéralisme américain. Dans les mots, au moins, cela a été fait. La déclaration commune franco-chinoise en 37 points signée par les deux présidents à l’issue de la visite de M. Xi se lit comme un manifeste anti-Trump, du ­changement climatique jusqu’à l’accord sur le nucléaire iranien.

Lire aussi Face à Xi Jinping, Macron, Merkel et Juncker exigent un multilatéralisme « plus équilibré »

On attendait aussi, et surtout, une manifestation d’unité européenne face à la Chine, le géant qui n’aime rien tant que de jouer la carte bilatérale avec chacun des petits Vingt-Huit. Ce geste d’unité était crucial.

La présence à Paris de Mme Merkel et de M. Juncker a apporté une dimension historique à la visite de M. Xi ; il faut en accorder le crédit au président Macron, qui en a pris l’initiative. En élargissant à ces deux partenaires européens de premier plan ce qui était conçu au départ comme un simple sommet bilatéral franco-chinois, M. Macron a prouvé la sincérité de sa démarche européenne et donné corps à la nouvelle stratégie de Bruxelles à l’égard de la Chine.

Il reste du chemin à faire

Dans un document publié il y a deux semaines, la Commission a en effet opéré un tournant important, qui prend acte du ­caractère « systémique » de la compétition chinoise et recommande aux Etats membres de l’UE un plan d’action cohérent et unitaire pour y faire face.

A Paris, mardi, les trois dirigeants européens ont montré au président Xi qu’ils prenaient ce tournant stratégique au sérieux. Mme Merkel et M. Juncker ont su ouvertement évoquer l’exigence de réciprocité d’ouverture des marchés devant un président chinois beaucoup trop à l’aise avec l’asymétrie, et M. Macron a sonné le glas de la « naïveté » dans les relations de l’Europe avec la Chine ascendante : tout cela devait être dit, et à plusieurs voix.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La Chine, magistrale stratège de l’ambiguïté

Restent les soupçons. Ceux qui pèsent, d’abord, sur les intentions de la puissance chinoise et de ses « nouvelles routes de la soie » tentaculaires. Tout en appelant à surmonter la « méfiance », le président Xi n’a guère fourni de garanties susceptibles de lever cette « suspicion » qu’il regrette.

Quant aux Européens, il leur reste beaucoup de chemin à faire pour présenter un front vraiment uni : la présence de Mme Mer­kel et de M. Juncker au côté de M. Macron n’a pas effacé la signature, quatre jours plus tôt, à Rome, d’un accord sur les « routes de la soie » entre M. Xi et un gouvernement italien qui a choisi de faire cavalier seul. Et sur le sujet brûlant du moment, celui du géant chinois des télécommunications Huawei, la Commission a choisi mardi de laisser les Etats membres se positionner séparément.

Chinois et Européens se retrouvent le 9 avril pour un sommet Chine-UE. Le chemin sera long, mais il a pris, mardi, un premier bon virage.

Lire aussi L’Italie, premier pays du G7 à emprunter les « nouvelles routes de la soie » chinoises

Le Monde



Source link

Have something to say? Leave a comment:

Mopays.com

Comments are closed.

Recent Posts

Why I Chose ESCP Europe – Hemisha from Mauritius

First year student, Hemisha Newaj, shares her experience at ESCP Europe Business School. See what we have to offer and…

1 min ago

[AFP] L’explosion d’un colis piégé fait huit blessés légers à Lyon

L'explosion d'un colis piégé déposé dans une rue piétonne de Lyon vendredi en fin d'après-midi a fait huit blessés dont…

1 min ago

les autorités durcissent le ton pour le 14e vendredi de manifestations – JeuneAfrique.com

Une mobilisation policière importante et de nombreuses arrestations sont observées à Alger depuis ce matin. Elles suscitent l’indignation des…

2 mins ago

Katarina Johnson-Thompson needs convincing she deserves No 1 status

Katarina Johnson-Thompson arrives in Gotzis with No 1 status... but Britain's star may need convincing she belongsKatarina Johnson-Thompson is entering the…

3 mins ago

En Afrique du Sud, « l’ANC reste très puissant » malgré l’usure du pouvoir

Une affiche de l’ANC pour les élections générales du 8 mai, à Hillcrest, près de Durban, en Afrique du Sud.…

5 mins ago

10 raisons pour lesquelles nous espérons que Robert Pattinson sera Terry McGinnis de Batman Beyond

L’internet est en ébullition depuis que l’annonce a été faite sur le potentiel de Robert Pattinson Homme chauve-souris. Mais que…

8 mins ago