[Société] Le combat d’une mère pour embrasser ses enfants

0
79
Booking.com


Une mère de famille se bat pour récupérer la garde de ses trois enfants, qu’elle estime en danger avec leurs pères respectifs. Hier, Cécile Roussel était entendue par une juge d’instruction pour non-représentation d’enfant. Elle a reçu le soutien de l’UFR.

Tout en conservant la maîtrise intellectuelle d’un dossier aussi épais que complexe, Cécile Roussel, mère de trois enfants, doit se battre sur plusieurs fronts. Hier matin, jour du 6e anniversaire de son petit Ugo, elle avait rendez-vous avec la juge saint-pierroise en charge de l’instruction dudossier ouvert contre elle pour “non-représentation d’enfant”. En janvier 2018, la police avait mis un terme à un mois de fuite de la mère avec son enfant, une fuite qu’elle justifiait par son refus de restituer le petit garçon à un père qu’elle estime violent, pervers, allié à son premier compagnon avec lequel elle a eu des jumeaux, aujourd’hui âgés de 13 ans et eux aussi confiés à la garde – quel horrible terme – de leur père dans l’Hérault.

Pour Cécile Roussel qui aimerait bien que les deux plateaux symbolisant la vertu Justice, s ‘équilibrent enfin. L’un porte tout son amour de mère qu’elle ne peut plus exprimer. En six mois, elle n’a eu que 30 minutes d’échanges téléphoniques avec Ugo. Aucun contact depuis 14 mois avec les jumeaux. Dans l’autre plateau, il y a un volumineux dossier d’ordonnances de placements provisoires qui s’éternisent, d’ordonnances de protection qui ne protègent Cécile Roussel de rien du tout.

Nombreux soutiens

Certes, Cécile Roussel a bien obtenu le soutien du réseau Vif (violences intra-familiales), l’accompagnement d’associations et des attestations, aboutissements d’enquêtes sociales ou d’expertises psychologiques, qui vont dans le sens de ses affirmations et des demandes qu’elle formule de pouvoir être entendue.

Dans l’état actuel, ces éléments n’ont pas été pris en compte par les juges parisiens aux affaires familiales, qui persistent à faire confiance aux deux pères des trois enfants.

Cécile Roussel peut aussi compter sur le soutien de l’UFR. Hier matin, la députée Huguette Bello , la secrétaire générale, Evelyne Corbière et deux militantes ont accompagné la mère de famille au palais de justice. “Les demandes de Cécile Roussel et les éléments qu’elle fournit pour alerter sur le danger qui pèse sur ses enfants doivent être pris en compte par la Justice”, revendique la députée.

Plus d’un an après la mise en examen de la mère de famille, la juge d’instruction devrait statuer prochainement sur le sort qu’elle lui réserve : non-lieu, ou renvoi de le tribunal correctionnel.

Jean-Noël Fortier



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com