Landscope Mauritius: Naila Hanoomanjee n’a pas accepté le «pay packet» à Rs 327 800

0
108
Booking.com


Koomaren Chetty et Claude Wong So, deux ex-CEO de Landscope Mauritius, entourant Naila Hanoomanjee.

Est-ce l’affaire Viyaja Sumputh qui a refroidi la CEO de l’entité étatique ? Cette dernière n’a pas donné son aval pour que son salaire grimpe de Rs 211 550 à Rs 327 800.

Un salaire de base de Rs 286 400. Une allocation chauffeur de Rs 8 400. Une allocation essence de Rs 13 000. Et une Entertainment Allowance de Rs 20 000, entre autres privilèges. Ce pay packet totalisant Rs 327 800 a été proposé à Naila Hanoomanjee, Chief Executive Officer (CEO) de Landscope Mauritius, par le conseil d’administration de l’entité étatique, le 30 novembre 2018. C’était au moment du renouvellement de son contrat pour les trois prochaines années.

Toutefois, à ce jour, soit, trois mois après, Naila Hanoomanjee n’a toujours pas accepté cette offre signée de Gérard Sanspeur, président de Landscope Mauritius. Au 30 novembre dernier, la fille de Maya Hanoomanjee, speaker de l’Assemblée nationale, disposait d’un délai de sept jours pour signer son approbation, ce qu’elle n’a pas fait. D’où le grand étonnement de certains directeurs siégeant au sein du conseil d’administration de Landscope Mauritius.

«Elle a fait beaucoup de lobby pour la hausse salariale. Là, en n’acceptant pas, elle est en train de jouer. C’est peut-être parce qu’elle a vu comment l’affaire Viyaja Sumputh a été répercutée dans les journaux ?» croit-on savoir du côté du 7e étage du Shri Atal Bihari Vajpayee Tower, siège de Landscope Mauritius, à Ébène. Vijaya Sumputh, ex-directrice du Trust Fund for Specialised Medical Care, a fait l’objet d’un Fact-Finding Committee et d’une enquête de la commission anticorruption après que son salaire mensuel est passé de Rs 200 200 à Rs 323 200.

«La CEO a défendu son bilan pour justifier qu’elle méritait une hausse salariale», poursuit-on. Par la suite, un comité comprenant cinq des dix membres du conseil d’administration (excluant la CEO et le président) a délibéré et est venu avec le nouveau pay packet. Celui-ci a été porté au conseil d’administration avant d’être signé par le président Gérard Sanspeur.

De leur côté, dans l’entourage de Naila Hanoomanjee, l’on fait valoir que même si elle n’a pas accepté l’offre, celle-ci est légitime puisqu’elle cumule aussi les responsabilités de Claude Wong So et de Koomaren Chetty, deux ex-CEO de Landscope Mauritius, depuis leur départ. «Le premier touchait Rs 350 000 et le second Rs 211 000 à leur poste respectif. Ce n’est pas comme si on avait demandé à ce qu’on ajoute ces deux salaires au sien», soutient-on.

Ainsi, à fin février, Naila Hanoomanjee percevait un salaire mensuel de Rs 211 550. Soit le même montant révélé par le Premier ministre Pravind Jugnauth à l’Assemblée nationale le 31 juillet 2018, à la suite d’une question du député du Mouvement militant mauricien Rajesh Bhagwan.

Sollicités sur cette affaire, Naila Hanoomanjee et Gérard Sanspeur se sont tous deux refusés à tout commentaire.




Source link

Lexpress

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com