[Culture & Loisirs] Boudoum Banm – Elica et Klowdy : Une belle expérience

0
86
Booking.com


Elica et Klowdy sont la touche féminine de Boudoum Banm, spectacle imaginé par Yaëlle et Jean-Luc Trulès. Un show qui va faire du bruit !

La gare. L’endroit de toutes les rencontres. Les voyageurs s’y croisent, parfois bavardent en attendant que leur bus et est douce seulement avec arrive. Et ce, même s’ils ne se connaissent pas. Sur les bancs, les conversations vont bon train. C’est dans ce cadre que la compagnie Fénomèn a planté le décor de son nouveau spectacle, Boudoum Banm. A la direction aristique, Yaëlle Trulès et son père, Jean-Luc, qui ont l’idée de remettre au goût du jour des chansons lontan qui marquent le patrimoine musical péï. Pour donner vie à ces textes qu’ils ont pris plaisir à ressortir des bertels, de jeunes artistes Réunionnais : Eddy Grondin, Tom Leichnig, Stéphane Payet ainsi que les pétillantes Elica et Klowdy. Deux chanteuses que le public connaît déjà.

La première a fait ses premiers pas dans des comédies musicales. Entre autres. Car depuis qu’elle a choisi de se lancer dans une carrière de chanteuse, Elica a enchaîné les projets. Klowdy démarre en rejoignant une chorale, avec sa maman. Son chemin la mène à participer à plusieurs concours où elle se distingue soit en les remportant, soit en décrochant une place de finaliste. Les deux artistes se retrouvent donc au casting de Boudoum Banm. Elles y incarnent Betty et Mélissa. Deux filles que tout oppose.

«Betty, c’est une cafrine do feu ! Elle n’a pas la langue dans sa poche, elle montre peu de considération pour les autres, elle ne mâche pas ses mots, elle s’impose, elle crie sur tout le monde. Elle est maman, et est douce seulement avec son bébé», explique Klowdy. De la façon dont Elica décrit son rôle, on comprend qu’elle est la touche de candeur du spectacle. «Mélissa vient des Hauts. Elle descend en ville pour trouver le prince charmant. Elle est aussi très timide mais très coquette», précise- t-elle. A les entendre, on note sans mal leur enthousiasme, la joie qu’elles ressentent à l’idée de se glisser dans la peau de ces personnages.

Tout comme elles mesurent l’opportunité de participer à une telle aventure. «J’apprends beaucoup au sein d’une équipe au top !», reprend Elica qui a pu tester ses talents de comédienne lors de Genèse de Dracula et dans CUT, où elle incarne la secrétaire d’Hélène de Kervelec. «Yaëlle est vraiment super. Elle peut faire ressortir des choses en nous pour donner vie à nos personnages». Même son de cloche chez Klowdy, qui voit en Boudoum Banm, «une très belle expérience. Hor- mis les concerts de Noël de la chorale, je n’avais encore jamais participé un tel spectacle. C’est différent de ce que j’ai pu faire jusqu’à présent, de ce que je ressens sur scène, lors de mes concerts». Et puis, il y a ces chansons d’antan, que toutes les deux prennent plaisir à interpréter. «C’est d’ailleurs ce qui m’a motivé pour participer à Boudoum Banm ! J’ai grandi à La Réunion mais plus jeune, j’écoutais des artistes comme Alicya Keys et très peu de chanteurs locaux. Actuellement, je suis dans un apprentissage de ma culture. J’adore cette découverte des chansons anciennes qui font partie de notre patrimoine mais que l’on entend peu. Maintenant, quand j’en entends une je peux dire : Celle-là, je la connais! », s’amuse Klowdy. Alors que le soir de la première approche, Klowdy et Elica ne cachent pas leur hâte. «Je suis à la fois stressée et excitée ! Je suis pressée d’aller au devant du public. Le concept est vraiment original. On fait de la musique avec du mobiliers urbains. On a même un savatophone ! », glisse Elica. Un savato kosa ? Pour le savoir, rendez-vous le 1er mars !

 

• Boudoum Banm, le 1er mars à 20h à la salle Gramoun Lélé de Saint-Benoît.

Infos sur monticket.re

Sur Facebook : Boudoum Banm



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com