[Editorial] “Des peintres”, l’édito de Jacques Tillier à lire dans le JIR de ce samedi

0
142
Booking.com


Comme chaque samedi, retrouvez l’édito de Jacques Tillier dans votre édition du JIR. Cette semaine il s’intitule “Des Peintres”. En voici un extrait : 

J’ai hésité un temps, mais avec qui ouvrir le bal ? Le métropolitain Florian Philippot foie jaune dedans, extrême droite dehors, adepte des gilets jaunes, le réunionnais David Hoarau gérant de fait souvent, avocat parfois, jadis bâtonnier sudiste, ou bien alors Gilbert Annette maire de Saint Denis, foie jaune professionnel qui lévite au dessus  d’un trou qui se bouche tant bien que mal, à la tête d’une équipe de  peintres, dont le job principal consiste à pourrir la vie  de famille de ses opposants politiques, tout particulièrement celle de Didier Robert  président de région et de son épouse. Patientez  quelques lignes, vous connaitrez  les raisons pour lesquelles Leroy, faute de place, ne s’en est décalqué que deux sur trois.  Philippot muni d’un plumet jaune planté dans le fion et l’avocat, gérant de bar, glacier, restaurant, boîte de nuit, entremetteur pour Chinois de Chine, David Hoarau, équipé d’une batterie de cuisine accrochée à sa gandoura professionnelle. 

 

Avant de revenir plus en détail sur ces trois lascars permettez moi de vous ouvrir le bal avec un jeune homme  découvert, par hasard mais avec retard à ce qu’il paraît, sur un rond point , entre le Sud et l’Ouest. Vincent Chausserie-Laprée est, dit-on, l’une des têtes pensantes des gilets jaunes, en tout cas celui qui écrit le mieux, ce qui ne me semble pas être très compliqué. Du coup il invite par tracts et  bafouilles signés de son nom, le peuple » Réyoné sort dann fenoir »,  à manifester contre les inégalités sociales et la vie chère comme ce sera le cas  ce samedi à Saint-Pierre. Si je suis personnellement loin d’être opposé à certaines revendications, vie chère, inégalité, reconnaissance de la situation de handicap… Je suis franchement opposé au foutage de gueule et plus encore à celles et ceux qui envoient la viande se faire caresser les côtelettes par les matraques de CRS amoureusement maniées puis à se faire dérouiller par la magistrature… 

 

 

Ce jeune homme me semble être le cas du foutage de gueule sur pattes. Métropolitain il est arrivé me dit-il en 2012, sans boulot mais avec un diplôme d’ingénierie en poche. Sept ans sur le caillou, c’est vous dire si le bougre connaît la musique, est habilité à causer patois au nom du peuple « Réyoné ». Il doit d’avoir trouvé un job, plutôt bien payé d’ailleurs à Didier Robert Président de région qui l’emploie dans une filiale régionale, une SPL Energie. Parce qu’il connaît forcément le chemin,  Vincent Chauserie-Laprée n’a pas manqué de manifester devant la Région, histoire de demander à son employeur de bien vouloir dégager, histoire de faire place au peuple « réyoné », représenté comme tout le monde le sait tantôt par Annette, tantôt par Ratenon. 

 

Le reste est amusant sans plus. Le hasard est parfois cruel, la famille aussi… Le genre de détail qui personnellement me fait sourire et devrait vous faire oublier les casseurs du samedi, les barrages du lundi, la merdouille, la fermeture des magasins, les millions d’euros foutus en l’air… Il se trouve en effet aux dires de Vincent, interrogé par mes soins, qui ne souhaitait pas sous peine de représailles que j’évoque la filiation,  que ce jeune garçon a comme tonton, le Procureur Général, Denis Chausserie-Laprée. C’est en tout cas lui qui le dit. Si  tonton et tata, magistrat elle aussi, n’y sont pour rien et moi non plus, je compatis pour avoir comme eux quelques neveux dans le coin, je trouve la situation particulièrement  cocasse. Vu que tonton et tata font régulièrement dérouiller le gilet jaune indirectement envoyé par leur neveu. Manque plus que de trouver dans le coin un cousin galonné dans la flicaillerie locale et la boucle serait bouclée. J’espère que dans les semaines à venir le neveu, trublion  révolutionnaire à la mode cary zandouilles,  n’aura pas à se faire juger par la magistrature locale. Ça permettrait d’éviter en plus de cet imbroglio familial, le conflit d’intérêt et par ricochet, l’accusation révolutionnaire de « zistice makro » chère au regretté confrère « Témoignages » , plaidée à l’époque avec virulence par le Boniface d’avocat,  lorsqu’il  épaulait Pierre Vergès qui cavalait dans le maquis avant de mettre les pouces et de plonger pour quelques mois en zonzon. 

 

La suite est à lire dans le JIR de demain…



Source link

clicanoo

Have something to say? Leave a comment:

Booking.com