Harcèlements et actes d’autoritarisme allégués : la Casino Employees Union fait peser la menace d’une grève de la faim

0
35


Une grève de la faim devrait débuter le 6 mars prochain, et ce, si les membres de la Casino Employees Union ne reçoivent pas de réponses précises à leurs missives envoyées à la State Investment Corporation (SIC), ainsi qu’au ministère du Travail et au bureau du Premier ministre. C’est ce qu’a affirmé fermement, Brady Ponusamy, de la Casino Employees Union. 

Il a ainsi rapporté cette décision syndicale forte devant les journalistes ce mercredi 13 février 2019. 

De possibles réponses positives qui émaneraient de la SIC annuleront la grève de la faim programmée

Les membres du Casino Employees Union lancent donc un ultimatum. La date butoir du 20 février prochain a ainsi été fixée aux autorités gouvernementales pour régler rapidement tous les problèmes en relation directe  selon eux à l’Officier actuel responsable et en charge de l’institution du Casino de Maurice. 

Brady Ponusamy a également souligné que la grève de faim est leur seul recours légitime en l’état pour faire entendre leur voix dans ce dossier. 

Néanmoins, il précise que suivant des possibles réponses positives qui émaneraient de la SIC, leur grève de la faim n’aura pas lieu. 

« Nous allons entamer une grève de la faim soit devant le casino ou dans le Jardin de la Compagnie. Nous allons débuter avec les membres exécutifs, mais les autres sont libres à venir nous rejoindre. Les autorités font la sourde oreille quant à nos doléances. Nous n’acceptons pas que ceux qui ont une proximité avec des politiciens fassent la pluie et le beau temps et ce sont les employés qui souffrent », a vigoureusement dénoncé Brady Ponusamy. Ce dernier a expliqué en guise de conclusion que selon lui on ne se soucie des travailleurs qu’au moment des élections.



Source link

Defi Media