[Faits Divers] Saint-Joseph : Une fillette “enlevée” avant d’être ramenée à l’école

0
144
Booking.com


Quelques heures après avoir déposé sa fille de deux ans et demi à l’école maternelle, une mère de famille reçoit un appel de la directrice lui disant que le père de la petite est parti avec l’enfant. Le divorce n’étant pas encore prononcé, l’ex-compagnon conserve l’autorité parentale.

Priscilla F., une mère de famille, a eu la frayeur de sa vie, hier. Quelques heures après avoir déposé sa fille de deux ans et demi à l’école maternelle, elle reçoit un appel de la directrice : le père de la petite, qu’elle ne voit plus depuis plus d’un an, s’est manifesté à l’établissement et est parti avec l’enfant. “Accompagné de sa mère et de son frère, mon ex est entré dans l’école. Lorsque ma fille est partie aux toilettes, elle a reconnu sa grand-mère et est partie avec eux”, racontait hier Priscilla, angoissée, juste après les faits.

La direction de l’école n’a rien pu faire : Priscilla et son ex-compagnon ne sont pas encore divorcés et rien n’a encore été tranché concernant la garde de la fillette. Même s’il ne l’avait pas vue depuis novembre 2017, son père conserve ainsi l’autorité parentale. Une audience devait avoir lieu hier matin devant le juge des affaires familiales, justement, pour obtenir une décision à ce sujet. Mais cette audience a dû être renvoyée au mois d’avril, l’avocat de Priscilla étant actuellement immobilisé. C’est ce qui aurait poussé le papa à aller chercher sa fille, ne pouvant plus attendre davantage.

 

Une première plainte pour violences

 

En apprenant la nouvelle hier, la maman s’est ruée au domicile de son ex à Saint-Pierre. La police s’y est rendue également. Le père de la petite était là, mais pas de trace de la grand-mère ni de la petite. L’homme a été emmené au commissariat de Saint-Pierre. Dans l’après-midi, il a fini par s’engager auprès des autorités à ramener la fillette à l’école à 15h30, hier. Ce qu’il a fait. Priscilla a pu la récupérer, soulagée. En attendant le jugement du JAF dans quelques mois, elle craint toutefois qu’il ne se manifeste encore à l’école maternelle.“Au commissariat, j’ai voulu porter plainte pour enlèvement, mais personne n’a pris ma plainte car mon ex a toujours l’autorité parentale”, fustige la maman, qui avait décidé de se séparer de son compagnon car celui-ci était “violent envers la petite, verbalement et physiquement”. Elle avait d’ailleurs porté plainte contre son mari en 2017, rappelle-t-elle, en colère et en sanglots.

Contactée au sujet de ce qu’il s’est passé hier, la police indique : “Aucune infraction ne peut être retenue. Le père a autant le droit de voir l’enfant que la mère. Le parquet, avisé, ne donne pas suite.” L’avocat de Priscilla F., Me Thierry Gangate, dénonce : “Il y a le droit, mais aussi la notion d’abus de droit. On n’agit pas de cette façon lorsque la fillette ne vous a pas vu depuis ses un an et demi.” Il indique qu’il va porter plainte auprès du procureur dès ce mardi. “C’est très démoralisant. Ce qu’on a vécu est dénigré”, déplore de son côté Priscilla.

 

Anaëlle Grondin

 


Une histoire quasi-similaire à Saint-Louis

Jeudi dernier, les gendarmes ont eu à faire à une situation quasi-identique. Menacée par son compagnon, une mère de famille s’est sauvée chez sa sœur à La Palissade avec son enfant de 15 mois. La famille de son compagnon a débarqué et tenté de défoncer la porte du logement pour récupérer le bébé. La maman, inquiète, a appelé les gendarmes. Mais avant leur arrivée, la mère de son compagnon (la grand-mère de l’enfant) s’est enfuie avec le bébé. Le papa, ses deux frères et la grand-mère ont été placés en garde à vue un peu plus tard. Ils ont fini par remettre l’enfant à la mère mais seront tout de même convoqués devant le tribunal correctionnel en juillet pour menaces, soustraction d’enfant par ascendant et outrage à personnes dépositaires de l’autorité publique.



Source link

clicanoo

Booking.com